Nous voila en terrain connu

En résumé,

Nous avons quitté Maria et ses amis à Graz le lundi 1er Octobre en direction de Linz. Nous avions examiné la route et avions vu que les Alpes nous séparaient de notre destination, après avoir changé le pédalier de notre Pino nous nous sommes lancé. Un col à 1225m nous attendait.

Mais nous nous attendions à plus difficile, c’est en trois jours que nous nous sommes rendu à Linz, l’acension s’est faite doucement mais surement c’est la descente qui nous a donné plus de soucis le liquide des freins chauffait et rendait le freinage impossible (du moins c’est-ce qu’on pense) mais en s’arrêtant régulièrement et avec le froid qu’il faisait le liquide refroidissait vite. Les paysages étaient à couper le souffle et nous sommes content d’avoir découvert une autre partie de l’Autriche et surtout de savoir que nous pouvons franchir des montagnes avec notre chargement!

De Linz il ne nous a pas fallut longtemps pour nous rendre en Allemagne via le Danube où nous avons retrouvé la piste que nous avions quitté à Regensburg pour nous rendre à Prague. Nous nous sommes arrêté chez Johannes, Petra et Felix qui nous avaient hébergé à l’aller. Nous avons encore une fois été reçu comme des rois… Après une journée passé avec eux à visiter Regensburg nous avons bien failli ne pas repartir, notre cadenas ne voulant plus s’ouvrir mais avec l’aide de Johanes nous avons coupé la chaine et nous sommes enfin repartis les poches pleine de biscuits et de chocolats…

Nous avons bifurqué de notre route pour passer voir une tour de Undertwasser qui valait le détour ( sous les conseils de nos hôtes), puis nous avons récupéré la piste du Danube, nous reconnaissons certains endroits et nous savons ce qui nous attend, drôle de sensation après tous ces kilomètres vers l’inconnu…

Les jours en revanche sont beaucoup plus courts il nous est presque impossible de rouler après 18h30, nous nous sommes arrêté près d’une maison pour dormir, Ilda et Resi nous ont offert le petit déjeuné, un moment bien agréable dans une maison chauffée, car l’hiver s’annonce, il ne fait que très rarement plus de 10 degrés en journée, nous retrouvons les nuits fraîches du départ… Le temps est gris, humide, pluvieux, brumeux, pas de chance en Allemagne, nous n’y connaitrons pas le soleil…

Nous sommes maintenant à Sigmaringen, dans un camping où nous nous étions déjà arrêté à l’aller, nous allons bientôt quitter le Danube pour le Rhein et d’ici deux ou trois jours nous devrions arriver en France, les kilomètres défilent, le retour approche…

A très vite!

Ce diaporama nécessite JavaScript.