Bratislava à Vienne

Nous nous ventions du temps qui depuis deux mois environ nous avait épargné la pluie et le froid, nous en avions oublié les sensations de pieds mouillés, mains gelées, frissons et nez qui coule. Mais nous avons retrouvé tout ça, en une heure nous sommes passé d’une tenue légère, à savoir short, tee-shirt et sandales, à une tenue hivernale soit deux tee-shirt, deux pulls, manteau, bonnet, foulard, gants, chaussettes et chaussures…

Nous étions à 50 kms de Bratislava quand les orages se sont formés, nous avons trouvé un minuscule port sur le Danube, nous avons installé la tente sous un abris, sur des pavés, fixée comme on a pu. Heureusement nous étions un peu à l’abris du vent qui a soufflé toute la nuit.

Mais il ne s’est pas atténué, il a aussi soufflé tout le lendemain et le surlendemain et, pas de chance, nous l’avions dans le nez… Au lieu de rouler à 22 km/h sur la première super piste que nous retrouvions, nous pédalions avec peine à 9 ou 10 km/h.

Enfin nous sommes arrivés à Bratislava, capitale de la Slovaquie, nous étions épuisé et le temps était à la pluie, nous n’avons pas beaucoup visité la ville, heureusement elle n’est vraiment pas grande, nous avons été étonné de trouver la vieille ville si minuscule, elle n’en est pas moins charmante, contrairement au reste de la ville à l’aspect désorganisé comme s’il avait fallu tout construire, très vite…

Nous quittons la ville afin de nous écarter avant la nuit pour trouver un endroit ou dormir.

Il ne nous a pas fallu 5 minutes pour sortir de la ville et nous trouver à la campagne. 4 kms plus loin nous passions la frontière, nous étions en Autriche.

Nous sommes arrivés à Vienne vers midi le lendemain. Que dire d’autre? A part que cette capitale n’a absolument pas volée sa réputation! C’est immense, c’est vert, c’est beau, c’est calme, c’est charmant, chargé d’histoire et de culture.

Il y a un quartier regroupant une majoritée de musée, nous y passons tous les jours, et avons été voir les tableaux de Klimt et Schiele. Nous sommes passé devant la maison de Mozart, en plein cœur du centre historique, nous avons arpentés les rues à la découverte de l’architecture, nous sommes passé sous le majestueux théâtre, mais aussi entre le musée des beaux-arts et celui d’histoire naturelle qui se font face séparés par un jardin, nous avons vu le château jaune de Sisi, et le « champs de foire », immense parc au cœur de la ville où il est possible de faire du vélo, du trampoline, du skate, du roller et tout autre activité du dimanche… Il y a aussi une île artificielle construite pour les besoins de navigation du Danube, elle est longue de 21 km et est devenue le lieu des festivals, des plages, des bars, et avis aux amateurs il est possible d’y faire du kite surf mais sans aile, tracté par un câble lui-même conduit sur un système de poulies…

Nous avons passé une journée avec Maria qui est venue à Vienne pour nous voir. ( Maria avait acheté un vélo à Istanbul pour faire un bout de chemin avec nous).

Les parents de Maria sont vignerons, c’est avec plaisir que nous avons goûter leur récolte car Maria nous a offert une bouteille de vin blanc, une autre de rouge et une bouteille d’huile de graine de courge. Nous avons été gâté et le vin nous a tellement plus que quand Maria a insisté pour qu’on se rende chez elle nous n’avons pas pu résister!

Nous allons donc descendre à Graz dans le sud du pays où Maria fait ses études puis nous devrions nous rendre encore un peu plus au sud, dans le village natal de Maria où nous espérons pouvoir mettre la main à la pâte car c’est tout juste la période des vendanges!

A oui j’oubliai, nous avons fêté l’anniversaire de Pino, un an avec nous et puis surtout les 10 000 kms au compteur….